24 août 2018 17:23

Torsten Van Jaarsveld : "besoin de l'énergie du public"

Torsten Van Jaarsveld : 'besoin de l'énergie du public'
Alors que le championnat vient à peine de reprendre pour nos Bayonnais, nous poursuivons la présentation des nouveaux visages de l’effectif de l’Aviron. Après Benjamin Collet, et Romain Barthélémy, découvrez le portrait du talonneur et international namibien Torsten Van Jaarsveld (31 ans, 1,79m, 106 kg).

Le professionnalisme. S'il est un mot qui pourrait décrire Torsten Van Jaarsveld et résumer ce qu'il est venu chercher en signant à l'Aviron Bayonnais, ce serait certainement celui-là. Né à Windhoek en Namibie, le solide talonneur a grandi en Afrique du Sud et est tombé dans le rugby lorsqu'il était tout petit ; "Je crois que j'ai commencé à jouer au rugby vers l'âge de 4 ans, dans la cour derrière ma maison. J'aimais déjà les contacts et la dimension physique de ce sport... je voulais plaquer tout le monde ! J'ai su très jeune que je voulais en faire mon métier".

"mettre l'équipe dans l'avancée"

S'il a toujours occupé le poste de talonneur, Torsten Van Jaarsveld peut également être utilisé en troisième ligne aile. "C'est moins intense en termes de contacts, et plus exigeant en course ! Mais j'ai une petite préférence pour la première ligne, parce que c'est plus physique. J'aime particulièrement les phases de mêlée, mettre pression sur l'adversaire et mettre l'équipe dans l'avancée." Quelques affinités que l'on a déjà pu deviner samedi dernier lors de son premier match en ciel et blanc.

Après l'université, le jeune Torsten intègre l'équipe des Pumas avec laquelle il dispute la Currie Cup, avant de rejoindre les Cheetahs et de connaître le Super Rugby puis le PRO 14. Mais après ces expériences sud-africaines, le solide talonneur namibien avait des envie de voyage et rêvait de venir tenter sa chance en Europe. D'abord approché par les Glasgow Warriors, il apprend que Yannick Bru recherche un talonneur et fait finalement le choix de la PRO D2 avec l'Aviron.

"j'en avais la chair de poule"

"Avant d'arriver à Bayonne, j'ai discuté avec mon ami Pof (Van Lill). Il m'a raconté à quel point c'était incroyable de jouer un match à domicile. Le week-end dernier lorsque je suis entré sur la pelouse sur le chant de la Peña Baiona, j'en avais la chair de poule ! On a besoin de ce soutien et de l'énergie du public pour nous aider à affronter cette longue saison." Lui qui était tout juste arrivé de Namibie en début de semaine après avoir quitté la sélection nationale pour participer à la première journée de PRO D2 se dit très "reconnaissant" de l'accueil que lui ont réservé les supporters ciel et blanc.

S'il a connu l'exigence du rugby de l'hémisphère sud, Torsten Van Jaarsveld dit retrouver de nombreuses similitude avec le fonctionnement bayonnais. "Ici, c'est très professionnel et structuré. Le staff maintient une bonne discipline dans le collectif et les joueurs travaillent dur. On ne veut pas décevoir notre public. Finalement, la seule différence avec le Super Rugby c'est peut-être la vitesse dans le jeu. Mais je pense qu'on va y arriver, on fait tout pour."

"faire face au haka"

Outre le Super Rugby, le neo-bayonnais a également connu le niveau international. Appelé à l'âge de 27 ans à disputer son premier test avec la Namibie face à l'Allemagne, il a depuis 11 sélections à son actif, dont le meilleur souvenir remonte à 2015. "Le match de Coupe du monde face au All Blacks a été un grand moment de ma carrière. Ce n'est pas donné à tout le monde de faire face au haka ! C'était un match très difficile, mais ça nous a fait grandir en tant qu'équipe". On lui souhaite de vivre d'aussi belles émotions sous son nouveau maillot ciel et blanc !

Photo : Stéphane Vignes

Van Jaarsveld
06 sept 20H45
a l'extérieur
voir le compte rendu du match