21 mars 2020 17:54

Interview de Philippe Tayeb pour l'Equipe

Interview de Philippe Tayeb pour l'Equipe

"parler du top 14, c'est vraiment secondaire"

Comment votre club et vous-même vivez-vous l'arrêt du Championnat et l'incertitude sur la fin de saison ?

Honnêtement, j'ai du mal à parler de rugby. Nous sommes face à une pandémie. Des gens sont malades, d'autres meurent, vont mourir. Par ailleurs, l'économie du pays pâtit de ce qui se passe. Des artisans, des petites entreprises vont mettre la clé sous la porte. Des usines vont s'arrêter. Alors parler du Top 14 et des problèmes de calendrier, j'ai du mal. Il y a un tel contexte social et psychologique que c'est secondaire, non ?

Justement, vous avez mis tous les salariés du club en chômage partiel...

Oui. Depuis le week-end dernier. Quatre-vingt-douze personnes en tout, joueurs pros, staff technique, médical et joueurs Espoirs compris. Personne ne sait jusque quand nous allons être confinés exactement, mais on ne sera pas surpris si c'est jusque fin avril. Et peut-être que la reprise d'activité aura lieu réellement fin mai...

Vous imaginez le ou les joueurs qui auront été affaiblis ou frappés par la maladie ou disparition de proches, être concentrés sur une telle tâche (éviter la relégation) ? 

C'est justement en raison de ces incertitudes que la LNR a mis en place un groupe de travail dont l'intitulé de la mission est «Analyse des scénarios de reprise des compétitions...»
Je ne fais pas partie de ce groupe de travail là. Le comité directeur de la Ligue se réunira le 7 avril. Mais il y a des contacts entre homonymes de clubs de Top 14, notamment lors des réunions hebdomadaires des présidents. Et on en a discuté entre nous : concernant la fin de saison, la difficulté de caser les dates nécessaires, et concernant l'aspect "descente" - Bayonne est actuellement 9e avec 8 points d'avance sur le Stade Français (14e) et 7 sur Agen (13e) -, il me semblerait malvenu qu'on maintienne la descente automatique en Pro D2 pour le 14e et le maintien du barrage pour le 13e. À titre personnel, je dis qu'il n'en est pas question ! C'est un sentiment partagé d'ailleurs. À Castres, à Pau, à Paris, à Agen, on pense comme moi.

Vous ne citez que des clubs de bas de tableau...

Montpellier n'est pas en danger de relégation. Pourtant, j'ai lu dans L'Équipe que Philippe Saint-André proposait une fin de saison sur six dates avec une phase finale resserrée, dynamique, un « play-off » qui garantirait une forme d'équité avec l'attribution d'un titre. Mais rien sur la relégation. Franchement, jouer un « play-down »... On a disputé notre dernier match le 29 février (17e journée). Et après deux, voire trois mois d'inactivité pour les joueurs non internationaux, on leur demanderait de sauver le club sur des matches couperets ? Maintenir la relégation, ce serait indécent. Encore une fois, on n'est pas dans une démarche sportive mais psychologique et humaine. Vous imaginez le ou les joueurs qui auront été affaiblis ou frappés par la maladie ou disparition de proches, être concentrés sur une telle tâche ? Surtout après une si longue inactivité ? Moi, pas un seul instant. Et si un club descendait, il ne s'en remettrait pas. Ce serait la double peine. Parce que repartir économiquement derrière tout cela, ce ne serait pas possible. Demander à quatorze clubs de jouer le titre de champion, OK. Mais imaginer un autre cas où on demande à six de jouer la descente, non ! Et je ne prêche pas pour ma paroisse. Il y a plus mal loti et inquiet que nous au classement.

Dans L'Équipe, PSA s'interrogeait sur une élite à quinze voire seize clubs la saison prochaine...

Je suis contre l'idée de descente en Pro D2 en fin de saison, mais pas contre l'accession en Top 14 à l'issue d'un play-off de Pro D2. Faisons monter deux clubs de Pro D2 en Top 14 et la saison prochaine et on fait un Championnat à seize. Ça, oui ! Puis, agir ainsi, ce serait faire preuve de solidarité, d'humanisme, ça marquerait les esprits. Cette solidarité, c'est tout ce dont on a besoin en cette période anxiogène. Et c'est pour cela aussi que j'aime cette idée évoquée par PSA de mutualiser les recettes billetterie de la phase finale. Là encore, on montrerait qu'on doit penser à autrui. »

 

 

02 août 20H30
a domicile
Stade
Jean Dauger
voir le compte rendu du match