16 juil. 2018 - 16:16

Romain Barthélémy : "se fixer des objectifs élevés"

Romain Barthélémy : |'se fixer des objectifs élevés'
Alors que la préparation physique bat son plein pour nos Bayonnais, découvrez tour à tour les nouveaux visages de l’effectif de l’Aviron. Après Benjamin Collet, c'est au tour du demi d'ouverture ou centre Romain Barthélémy (28 ans, 1,86m, 95 kg) d'être présenté.

L'ovalie se transmet de père en fils dans la famille Barthélémy. Romain, 5 ans alors, commence ainsi le rugby au Stade Niçois pour suivre les traces de son père. Un club pour lequel il garde toujours une affection particulière. "C'était une grande équipe dans les années 80. Ils ont de nouveau un beau projet, j'espère qu'on les reverra en PRO D2 dans quelques années". Si plus jeune, il concilie pendant plusieurs années la pratique du tennis avec celle du rugby, c'est vers le ballon ovale qu'il se tourne définitivement à 16 ans, en intégrant le centre de formation du Rugby Club Toulonnais. D'abord pensionnaire du pôle Espoirs d'Hyères pendant 3 ans, il intègre ensuite le Pôle France de Marcoussis et dispute avec l'équipe de France des moins de 20 ans le Tournoi des Six Nations 2010 et le Championnat du monde en Argentine la même année. 4 titularisations tricolores qui lui ouvrent les portes de l'équipe professionnelle de Toulon la saison suivante, avec qui il goûte au TOP 14.

L'aventure albigeoise

En recherche de temps de jeu, il quitte la rade pour Albi en 2011. "J'ai préféré partir pour jouer une saison complète avec un club professionnel. J'ai eu la chance, à seulement 21 ans, de jouer directement en équipe première". En confiance, Romain Barthélémy choisit la stabilité et enchaine sept saisons avec le SCA et cumule plus de 10000 minutes de jeu. Malheureusement, à la fin de la saison 2016-2017, le club est rétrogradé. Malgré plusieurs sollicitations d'autres clubs, le demi d'ouverture décide alors de rester à Albi pour tenter de remonter la saison suivante. "J'avais intégré le club en PRO D2, je voulais le laisser en PRO D2". 

Bayonne : le saut dans l'inconnu

Contacté par les dirigeants de l'Aviron Bayonnais en fin de saison dernière, le joueur finit par opter pour un retour en PRO D2 après la défaite d'Albi face à Rouen en demi-finale de Fédérale 1 et s'engage deux saisons avec le club ciel et blanc. "Je suis très fier de rejoindre l'Aviron Bayonnais. C'est un grand club, un club historique et un public de passionnés, qui me rappelle ce que j'ai connu à Toulon". Et l'ambiance du stade Jean-Dauger, Romain Barthélémy la connaît, pour avoir affronté les Bayonnais avec le SCA en mai 2015 "Le stade était plein, il y avait une super ambiance, et puis rentrer sur le terrain sur l'air de la Peña Baiona c'était énorme... Donc j'ai hâte de revivre ça !" Nul doute que le Niçois, amateur de golf et de chasse sous-marine, saura également s'adapter à son nouveau cadre de vie sur la côte basque.

expérience et polyvalence

Pourtant, pour lui qui ne connaissait personne en arrivant à Bayonne, ni staff ni joueurs, cette nouvelle étape de sa carrière ressemble à un grand saut dans l'inconnu. Heureusement, l'ancien albigeois peut s'appuyer sur sa polyvalence pour se faire sa place dans l'effectif bayonnais, capable d'évoluer au poste de demi d'ouverture comme à celui de premier centre. "J'ai connu plusieurs entraîneurs ces dernières années. Parfois ils me voyaient plus au centre, parfois plus à l'ouverture... Ce qui fait que j'ai joué autant à l'un qu'à l'autre !" Stratège, observateur, passeur, Romain Barthélémy aime mettre sa vision du jeu au service du collectif. Buteur occasionnel, il peut également s'appuyer sur son jeu au pied pour diriger le jeu et créer l'incertitude dans les défenses adverses. Autant d'atout qu'il espère mettre au service de l'équipe, pour atteindre une place dans les 6 premiers au terme de la saison régulière, une ambition assumés. "On fait une bonne prépa, on travaille dur, donc il faut se fixer des objectifs élevés ! Le club était en TOP 14 il y a deux ans, pour moi c'est normal que Bayonne vise le haut de tableau." Le ton est donné.

Barthelemy