12 déce 2016 11:45

"Nos années formation" n°2 - Guillaume Ducat

'Nos années formation' n°2 - Guillaume Ducat
Au cœur du projet de club, la formation scolaire des jeunes et le projet professionnel extra-sportif des joueurs sont une priorité. Aujourd'hui, l'Aviron Bayonnais peut s'appuyer sur l'ESAB (École des Sportifs de l'Aviron Bayonnais), un établissement technique privé interne qui dispense des formations diplômantes et accompagne les pensionnaires du Centre de formation dans leur orientation, ainsi que les joueurs professionnels dans l'amorce de leur reconversion. Chaque semaine, nous mettons en avant un joueur, à travers ses études, ses formations et son projet professionnel en dehors des terrains. Après Bastien Fuster, c'est au tour du jeune deuxième ligne bayonnais Guillaume Ducat (20 ans) de se prêter au jeu de cette interview.

Actuellement pensionnaire du Centre de formation, vous suivez également une formation diplômante. Pouvez-vous nous raconter votre cursus scolaire et expliquer votre projet professionnel ?

J'ai passé le Bac à Bayonne, alors que j'étais au pôle Espoirs et que je jouais à Tarbes. L'année suivante, j'ai intégré le Pôle France pour une saison. À ce moment-là, je souhaitais m'inscrire en STAPS, mais avec mon emploi du temps cette année-là, ça a été très compliqué pour moi de suivre des études. En arrivant à l'Aviron l'année dernière, j'ai commencé une formation BPJEPS (Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) à Biarritz, en deux ans au lieu d'un. J'ai validé une partie des épreuves l'année dernière, c'est-à-dir toute la partie "technique", et j'aurais le reste à la fin de cette année, à savoir les épreuves pratiques. Je devrai notamment imaginer des séances de préparation physique pour des "cobayes". Ce qui me plaît dans cette filière, c'est que je peux faire un parallèle avec ce que je fais tous les jours au rugby. Ce diplôme me permettra d'être coach sportif, mais cela m'ouvre aussi des portes vers d'autres formations, donc c'est un bon début.

"ne pas repartir de zéro après notre carrière"

Comment vous organisez-vous entre les entraînements de rugby et les cours, qui ne sont pas dispensés en interne à l'Aviron Bayonnais ?

Comme je ne suis pas étudiant à l'ESAB, je n'ai pas d'horaires aménagés, je vais en cours dès que je peux, à la sortie des entraînements. Cette saison, je m'entraîne toute la semaine avec les pros, sauf bien sûr pour la mise en place lorsque je ne joue pas. Dans ce cas, je m'entraîne en fin de semaine avec les Espoirs pour le match du week-end. Donc ça ne me laisse pas beaucoup de temps pour les cours, qui sont essentiellement programmés le lundi et le mardi !

En quoi l'ESAB vous a-t-elle accompagné dans votre poursuite d'études ?

J'ai cherché ma formation tout seul, car je savais exactement ce que je voulais faire. Mais par la suite, l'ESAB m'a aidé à trouver une structure de stage,  c'est comme cela que l'an dernier, j'ai pu effectuer mon stage chez Océania, la salle de sport, à Bayonne. C'est également au sein de l'ESAB que l'on m'a conseillé de faire ma formation en deux ans.

Est-il difficile de concilier études et rugby selon vous ?

Franchement, oui ! Surtout en manquant une grande partie des cours, je dois pratiquement tout faire tout seul, comme je n'ai pas la chance d'avoir des horaires aménagés. Mais j'ai conscience que c'est important d'avoir un bagage, rien que pour ne pas repartir de zéro après notre carrière de rugbyman. Comme j'ai encore l'âge de jouer en Espoirs, je ne connais pas beaucoup de jeunes joueurs qui pensaient devenir pros et qui finalement ne l'ont pas été... Mais j'ai l'exemple de mes anciens coéquipiers de Tarbes, qui jouent maintenant en réserve de Fédérale 1. Je suppose que depuis la descente ils doivent avoir une activité en plus du rugby.

"préparateur physique, un métier qui m'attire"

Après le rugby, y a-t-il un autre métier que vous vous imaginez exercer ?

Je me verrais bien préparateur physique, c'est vraiment un métier qui m'attire ! Je n'ai pas choisi cette formation par défaut, mais vraiment parce qu'elle me plaisait et que j'aime beaucoup l'idée de devoir accompagner d'autres personnes dans leur préparation physique. Et puis le diplôme m'ouvre d'autres portes ; je peux également travailler avec des personnes handicapées, devenir éducateur... C'est vaste !

Que diriez-vous à un chef d'entreprise pour le convaincre de verser la taxe d'apprentissage à l'Aviron Bayonnais ?

Je lui dirais que sa contribution pourrait aider à former plus de jeunes du Centre de formation, dans de meilleures conditions et avec du meilleur matériel. Et si cela pouvait permettre de proposer plus de formations avec des horaires aménagés, ils pourraient ne manquer aucun cours et avoir plus de chances de réussir !

Pour améliorer l'accompagnement des joueurs de l'Aviron Bayonnais et la formation des jeunes, vous pouvez verser la taxe d'apprentissage de votre entreprise à l'École des Sportifs de l'Aviron Bayonnais.

 

En savoir plus sur la taxe d'apprentissage

Ducat
06 sept 20H45
a l'extérieur
voir le compte rendu du match