05 févr 2019 01:07

RESULTATS DES RENCONTRES DES 2 ET 3 FEVRIER 2019

RESULTATS DES RENCONTRES DES 2 ET 3 FEVRIER 2019

Crédit Photo : Pablo ORDAS

 

JUNIORS CRABOS

Aviron Bayonnais  34  -  U S Dax  18

CORIACES CES LANDAIS…

Certains observateurs trouveront certainement que l’équipe bayonnaise aura sur ce match manqué d’humilité (à défaut d’humidité), se causant quelques sueurs froides face à d’entreprenants et valeureux dacquois, à leur aise sur le nouveau synthétique de Bélascain. Peut-on reprocher cela à des Juniors qui n’étaient pas tombés dans ce piège voici 3 semaines, face à Tarbes, respectant leur adversaire jusqu’à l’ultime seconde ? A priori non, d’autant que les coachs n’avaient pas manqué de les alerter, en amont de la rencontre. Mais allez savoir pourquoi, il y a des jours où tout fonctionne, et d’autres où tout est plus compliqué. Les experts en débattront. 

L’ouverture du score est l’œuvre des gars de la cité thermale, à la 3° minute. Ce but inaugural récompense leur main mise sur le début de rencontre, à laquelle les locaux opposent leur habituelle agressivité défensive. Passées 10mn compliquées, les Bayonnais déroulent un premier mouvement, tantôt côté gauche, tantôt côté droit. L’ouvreur GARCIA est plaqué au plus près de la ligne adverse. Une pénalité est récupérée, touche est trouvée aux 5m, le talonneur DOLIER lobe l’alignement et trouve son compère de première ligne ADURIZ qui pointe un premier essai transformé par GARCIA. A la 17°, nouvelle pénal-touche : le dacquois DELBECQ, aujourd’hui en ciel et blanc, expédie la gonfle dans les 5m, les locaux flirtent avec l’en-but rouge et blanc, las le dernier attaquant se voit subtiliser le ballon pour un contre gagnant de 95 mètres qui plonge le moral basque au fond des chaussettes. D’autant que la grêle fait son apparition...en attendant celle de la mi-temps. A la 23°, GARCIA égalise à 10 partout. Les Bayonnais essaient de jouer, mais se montrent fébriles, plusieurs approximations et hésitations sont déplorées… Avant la pause, DOYHENARD, après une percée au cœur des 22 du troisième ligne ARNOULD, se voit refuser un essai. Puis ce sont les visiteurs qui scorent, avec une pénalité sifflée sur la sirène (qui dit abondance d’eau dit sirène, bien souvent…). 10-13, avantage Dax aux citrons.

Durant la pause, François et Thomas réclament de l’application : point la peine de tenter des gestes certes spectaculaires mais hélas improductifs. Message entendu par le groupe.

Dès la reprise, SPRING déploie sa foulée le long de la touche et pointe le deuxième essai de son équipe. GARCIA transforme en délicate position. A la 38°, le capitaine CASTETS montre l’exemple avec un contest gagnant. A la 43°, FORT récupère un ballon traînant à ses pieds et perce sur 50 mètres pour marquer en coin. 22-13. Un premier break est fait, l’écart sera accentué 10mn après. A l’origine de l’essai de PERCHAUD, un placage efficace de DOYHENARD, un très bon dégagement de GARCIA, et une charge de BORDENAVE servant au cordeau son copain de Mouguerre. 27-13, le bonus offensif est pour l’heure dans la poche. SPRING le sécurise à la 64°, après un interminable dribbling dans la défense dacquoise, tandis que les Landais se montraient dangereux. 34-13 avec la transformation de GARCIA. Les Dacquois n’abdiqueront pas et viendront réduire la marque, portant le score définitif à 34-18. Il aura fallu défendre jusqu’au bout un bonus, peut-être immérité sur ce match, mais qui compense celui injustement perdu dans les dernières secondes de la rencontre, sur le terrain de Vannes, avant la trêve de Noël.

Sur ce match, il y a forcément à redire, mais après 3 prestations abouties en ce début d’année 2019, les approximations du jour ne doivent pas faire oublier que les Crabos bayonnais seront à l’affiche des phases finales, au printemps prochain. En attendant, faisons confiance aux 38 jeunes pour travailler comme il se doit durant la trêve, afin que leur mois de Mai soit long et joyeux. Il y a du travail, chacun en est conscient, mais il y a aussi des acquis, qui sont de saines et fiables fondations. Rendez-vous au printemps, parapluies rangés et crème solaire dans les poches.  

L’évolution du score  :

5 essais de Iker ADURIZ (11°), Max SPRING (36 et 64°), Johan FORT (43°) et Matis PERCHAUD (55°), 3 transformations de Mateo GARCIA (11°, 36°, 64°), et 1 pénalité de Mateo GARCIA (23°)

L’équipe :

Xavier SOLANO – Vincent DOLIER – Iker ADURIZ

Mathis CLEOMENE – Patxi PEREZ

Robin DIONE – Mathias ARNOULD – Richard CASTETS (cap)

Thibault TARASCON– Mateo GARCIA

Lukas DOYHENARD - Jean DELBECQ – Luken BARCOS – Johan FORT

Gary SIMONNEAU

Et :Louis ORTOLAN – Thomas PALAU – Matis PERCHAUD – Xabi DUVIGNEAU – Hugo BOUDE – Max SPRING – Enzo NOBIRON – Téo BORDENAVE   

Texte : Fabrice LAFOURCADE

ESPOIRS

Aviron Bayonnais  31  -  RC Narbonne  10

Match de championnat contre Narbonne le 02 février 2019  (Match en retard)

C’était jour de rattrapage, pour cause de gilets jaunes, actes III ou IV en cause, on ne sait plus bien, le trop tue toujours le trop, toujours est-il qu’au premier week-end de notre longue coupure hivernale, nous devions remettre le bleu de match, qui ressemble, parfois, à s’y méprendre à celui de chauffe, pour recevoir des oranges plus très mécaniques, mais toujours empêcheurs de tourner en rond et qui nous le rappelèrent dès le début de ce match, joué par un vent glacial, en faveur des Narbonnais en 1ère mi-temps et donc, forcément, pour nous en seconde.

Les audois entamèrent mieux que nous, le début de ce match, nous perçant depuis leurs 22 mètres, jusqu’aux nôtres, sans que nous puissions mettre la main sur un ballon fuyant, nous nous mettons à la faute, l’arbitre accorde logiquement une pénalité que s’empresse de réussir le buteur de Narbonne (0-3).

Heureusement, dès le coup de pied de renvoi, qui suivait l’ouverture du score, nous avons mis les choses à l’endroit, et les bœufs avant la charrue, du coup Alexandre Lalanne dit le Thaï du Béarn vint marquer son petit essai dominical du samedi, à défaut de dimanche chômé par les rubipédes locaux, avec la transformation d’Ordas nous prîmes le score (7-3).

Lucky Luc avait des fourmis dans les jambes et marqua le premier de ses deux essais de l’après-midi a la 12ème minute, Ordas enquilla à nouveau (14-3).

Tout s’enchaîne vite, en ce début de match, à peine la 17ème minute que Lestrade, le baroudeur de Salies, signa, lui aussi, son petit essai personnel, Ordas rata la cible de la transformation, pas aidé par le vent contraire et tourbillonnant (19-3)

Narbonne était loin d’être un faire-valoir, s’appuyant sur de bons joueurs, les riverains de la Méditerranée, essayèrent de remonter des ballons depuis leur camp, s'envoyèrent sans compter en défense et jouèrent à la perfection leur rôle de trouble-fête 

Pourtant à la 32ème minute, l’ailier Ayarza, qui s’affirme, à chaque match clôtura la marque de cette première mi-temps, qui avec la transformation d’Ordas, indiquait un score de 26-3.

Mais à la reprise, ce que l’on avait pressenti auparavant, en fin de première mi-temps, se confirma, une sorte d’apathie générale, un brouillon de ce qu’on est capable de faire et des Narbonnais qui ne s’en laisse pas compter, tout ça donna à voir un brouet, un peu indigeste, ou pendant 26 minutes pile, rien ne sera marqué et c’est très long dans le froid ambiant.

Ce switch-off à la française, auquel on avait déjà assisté, la veille, en seconde mi-temps également, lors du France/Galles inaugural du tournoi des 6 nations 2019, pris fin quand les héritiers du grand Walter Spanghero, marquèrent un bel essai, transformé et réduisirent le score à 26-10 (66ème minute). 

Quelques instants plus tard, sur une simple accélération, Aymeric Luc pointa son second essai de l’après-midi, portant la marque à 31-10 (70ème minute), qui se révéla être le score final.

Victoire, bonus offensif, vacances, que demande le peuple ??

Pas de référendum en tout cas, ni de grand débat, juste une remontée au classement et une 4ème place au classement, qui nous permet d’attendre sereinement la reprise lointaine, le week-end du 23/24 mars à Aurillac, avant de recevoir deux fois, le leader La Rochelle, puis nos meilleurs ennemis, les rouges de BIARRITZ le 07 avril, notez-le dans vos agendas.

En conclusion, je reviendrai sur le plaisir de toute l’équipe et du staff de retrouver notre stade fétiche de Belascain et sa nouvelle pelouse synthétique (un peu glissante, encore, semble-t-il), je crois même que nos fidèles supporters étaient aussi heureux de remonter la butte, faisant office de tribune, mais nous y reviendrons plus tard, après la longue coupure obligée...

 Pour Narbonne :

1 essai (66ème)

1 transformation 

1 pénalité 

 Pour Bayonne :

5 essais : Lalanne.A (5ème), Luc (12ème et 70ème), Lestrade (17ème), Ayarza (32ème)

3 transformations : Ordas

 Composition de l’equipe :

1 - Ezpeleta   2 – Martin  3 - Zabala

4 – Castillon  5 - Lalanne.A

6 – Dutertre  7 – Darlet  8 - Hourcade

9 – Hardy  10- Ordas

11- Martocq  12- Dolhagaray  13- Lestrade  14- Ayarza

15- Luc

 Remplaçants :  16 - Lalanne.M  17 – Dumain  18 - Polutele.E  19 – Aguerre  20- Chateauraynaud   21 – Zabalza     22 – Layan  23 - Leclerc Tarian

Texte : Pierre NAVARRON

CADETS ALAMERCERY et GAUDERMEN

Au repos. Les matchs auraient dû se dérouler à PAU contre la SECTION PALOISE, mais les terrains fermés par arrêté municipal ce week-end, les matchs sont reportés au samedi 09 février prochain.

ECOLE DE RUGBY

M14 Niveau 1 : 5eme tour de Super Challenge à TOULOUSE face au STADE TOULOUSAIN et le RACING 92

Rugby de haut niveau :

Racing 92  7  -  Aviron Bayonnais  27

Stade Toulousain  26  -  Aviron Bayonnais  15

M14 ans Niveau 2 : 5eme tour de Super Challenge à SARE avec l'entente SARE / ST PEE et MONT DE MARSAN

En nombre d’essais :

Sare 1  -  Aviron Bayonnais 0

Stade Montois 0  -  Aviron Bayonnais  11

M10 ans ( 2 équipes )  :Tournoi à BIDART Reporté

M12, M8 et M6 ans : Entraînements

OSCARS MIDI OLYMPIQUE  

Deux joueurs issues de la formation Bayonnaise ont été honorés hier par Midi Olympique : BAPTISTE HEGUY et JULIEN TISSERON

Entre 300 et 400 personnes se sont réunies à la salle surplombant le stade Jean Dauger, pour la remise de l’Oscar Midi Olympique à Baptiste Héguy et l’Oscar Barbarians à Julien Tisseron.

"Parce que Bayonne a viré en tête à la mi-saison et qu’une bande de jeunes boostent l’Aviron", a justifié Jean Abeilhou, le club ciel et blanc était mis à l’honneur hier soir pour les cérémonies des Oscars Midol. "Ça faisait longtemps que nous n’étions pas venus à Bayonne", a rappelé Emmanuel Massicard, le rédacteur en chef de Midi Olympique, avant de poursuivre : "C’est une forme de logique, une récompense de la formation et du projet de l’Aviron. Il ressemble fortement à ce dont tout le rugby a besoin aujourd'hui. Il y a des similitudes dans ce jeu de mouvement, dans cette priorité donnée aux jeunes. Baptiste Héguy incarne ça aujourd’hui."

À travers son troisième ligne aile Héguy et son arrière Tisseron, c’est la formation ciel et blanche qui a réellement été fêtée à Jean Dauger. "C’est un honneur pour tout le travail qui est fourni par l’ensemble des éducateurs a tenu à féliciter Philippe Tayeb. L'Aviron, c’est une grosse fourmilière de talent. Il faut juste les faire éclore. Le travail du staff et de Yannick Bru leur permet de s’exprimer, dans la sérénité, pour qu’ils deviennent demain, je l’espère, des grands joueurs."

Dans la bonne humeur

Pendant un peu plus d’une heure, les invités et partenaires des Oscars Midol ont découvert un troisième ligne discret, mais doté d’un gros potentiel. Passé par le Pôle Espoirs de Bayonne et les équipes de France jeunes, vainqueur du tournoi des 6 Nations U20 l’an dernier, Baptiste Héguy se mêle clairement à la rude concurrence au poste cette saison (13 matchs, 6 titularisations).

Lorsque Jean Abeilhou évoqua les similitudes constatées entre Baptiste Héguy et un certain Imanol Harinordoquy, l’assemblée se mit à gronder gentiment. La rivalité entre le BO et l’Aviron est toujours-là, même un soir d’Oscars. Et lorsqu’Abeilhou précisa "mais il porte le maillot de Bayonne", un grand "Ah" de soulagement s’ensuivit.

Quelques instants plus tard, pendant le quiz, à la question "quand penses-tu que la fusion aura lieu ?" des sifflets gagnèrent l’assemblée. La réponse choisie par le garçon de 20 ans, étudiant en licence de physique chimie, "Moi, vivant, jamais" fut accompagnée d’une salve d’applaudissements. Le public, emmené par tous les joueurs bayonnais, continua la soirée dans la bonne humeur et ne manqua pas de chambrer le capitaine Antoine Battut lorsque celui-ci fut cité comme exemple par son cadet fraîchement oscarisé.

Le maillot des Barbarians remis à Tisseron

Baptiste Héguy ne fut pas le seul joueur mis à l’honneur puisque Julien Tisseron a reçu, des mains de Patrice Lagisquet, le maillot des Barbarians. L’ancien ailier international qui entraîne désormais Saint Pée sur Nivelle (Fédérale 3), avait déjà côtoyé Tisseron lors d’une intervention avec les espoirs de l’Aviron en 2015. Il rappela la symbolique de cette tunique : "Pratiquer le rugby en liberté, évacuer l’aspect de la compétition. Avec les Barbarians, on ne pense qu’à jouer et prendre du plaisir." Jouer, un des leitmotivs qui permet à la jeunesse bayonnaise de fonctionner cette saison.