réservez vos places pour le prochain match contre Vannes !
19 déce 2017 22:53

RESULTATS DES RENCONTRES DES 16 ET 17 DECEMBRE 2017

RESULTATS DES RENCONTRES DES 16 ET 17 DECEMBRE 2017

Crédit Photo :

 

ESPOIRS  REICHEL

Aviron Bayonnais  11   -    Aurillac  22

Nos espoirs ont chuté, samedi après-midi, pour le dernier match de l’année face à Aurillac 11-22.

Une semaine après leur victoire face à leur bête noire Catalane, nos espoirs retrouvaient Aurillac sur la pelouse de Piquessary. Trois mois plus tôt, les Cantalous avaient été le premier adversaire de nos Bayonnais et avaient refroidi nos jeunes joueurs en leur infligeant une petite correction (32-05). Samedi, nos joueurs n’ont pas su se défaire du piège tendu par cette solide équipe d’Aurillac. Pourtant, tout avait bien commencé pour nos ciel et blanc. Derrière des ballons portés conquérants, Manuel Ordas ouvrait le score peu avant la 20ème (3-0, 19e). Le terrain boueux et les nombreuses fautes de mains cassaient le rythme de la rencontre. Les Aurillacois profitaient d’un alignement Bayonnais en difficulté pour poser leurs bases dans le camp des locaux. Ils en repartaient vainqueur après une succession de mêlées près de l’en-but Bayonnais, où l’homme en vert infligeait, dans un premier temps, un carton jaune à Mathis Dumain, avant d’accorder un essai de pénalité. À la pause, les visiteurs menaient 10-3.

Et l’affaire ne s’arrangeait pas pour nos jeunes joueurs. Au retour des vestiaires, ils étaient punis après un gros groupé pénétrant des avants Cantalous avec un second essai de pénalité (3-17, 42e). Piqués dans leur orgueil, nos ciel et blanc refaisaient surface à l’heure de jeu après une pénalité de Manuel Ordas et un essai d’Ugo Boniface sur un ballon porté (11-17, 60e). Il restait alors vingt minutes pour tenter « la remontada », mais les trop grosses approximations ne permettaient pas, aux coéquipiers d’Arnaud Aletti, d’espérer meilleure issue. Et à force de tenter, ils étaient punis sur la dernière action du match en encaissant un essai qui scellait l’issue de la rencontre.

Cette défaite fait reculer nos espoirs à la troisième place au classement

 Fiche technique

Pour l’Aviron Bayonnais

1 essai : Ugo Boniface (60e)
2 pénalités : Manuel Ordas (19e 47e)
1 carton jaune : Mathis Dumain (39e)

 L’équipe :

Mathis Dumain – Clément Batbedat – Anthony Alvarez
Bastien Bergounioux – Makatuki Polutélé
Matt Graham – Arnaud Aletti (cap)  – Tom Darlet
Rémy Chateauraynaud (m) – Manuel Ordas (o)
Adrien Lapègue-Lafaye – Guillaume Martocq – Hugo Barada – Arthur Duhau
Aymeric Luc

Entrés en jeu : Thomas Puissant, Andoni Goyeneche, Etienne Loiret, Yonindian Hourcade, Enzo Hardy, Luigi Tarozzi, Hugo Barada, Ugo Boniface.

 Pour Aurillac

3 essais : pénalités ( 40+5e, 42e), Demangeot (81e)
1 pénalité : Small (27e)

 Texte : Pablo ORDAS

CRABOS

Aviron Bayonnais   29  -   Stade Montois  5

  GAUDERMEN

Aviron Bayonnais  19  -   Stade Montois  19

Le match commence, les Bayonnais s’impliquent peu. Comme dit l’entraîneur, « ils sont encore dans  les vestiaires ». Les Montois, eux, sont bien rentrés dans la partie. Bousculant leur adversaire en conquête directe, ils confisquent deux ballons en mêlée fermée et prennent le score sur une pénalité. Les Ciel et Blanc réagissent et sur une des premières possessions de balle, marquent un essai transformé. Le jeu s’équilibre, les Landais viennent flirter avec la ligne d’essai adverse, mais sur un contre, les Basques remontent le ballon sur près de quatre vingt mètres et marquent un nouvel essai qui leur permet de mener sur le score de 14 à 6. On observe une intervention du coach Montois auprès de l’arbitre. On remarque que ce dernier est à présent plus sévère avec les Bayonnais.  Ces derniers, face à une équipe Montoise très valeureuse qui engrange les points, n’arrivent pas à tirer correctement leur épingle du jeu. Un excès de confiance, sans doute né de leur performance du Week-End passé devant Tarbes et du fait qu’ils avaient précédemment battu l’adversaire du jour par prés de 60 points en match amical et par près de 40 point lors du match aller, à certainement joué sur le rendement des joueurs qui ont pourtant la capacité de s’investir à un tout autre niveau. A retenir toute fois, les dix dernières minutes où ils se sont battus pour revenir au score et obtenir le match nul. Le principe d’une défaite pour deux victoires n’est pas respecté. Il faudra montrer un tout autre visage lors du prochain  match contre le Biarritz Olympique

 ALAMERCERY

 Aviron Bayonnais  60    -    Soyaux Angoulème  0

 Le match piège par excellence… Un groupe décimé par les blessures, une victoire aisée à l’aller, et une décision administrative venue ces dernières heures navrer bien des personnes (ou comment, à quelques jours de Noël, priver de valeureux gamins d’un possible cadeau printanier…). Le rugby doit-il encore s’octroyer certaines valeurs ? Une fois n’est pas coutume, l’article sera signé, si cette interrogation devait indisposer...

Le temps d’une éclaircie, Bayonnais et Angoumoisins se sont affrontés dans un bon esprit. Le capitaine SUDRE était pressé et souhaitait entraîner dans son sillage ses copains de l’ovale. Aussi il pointa trois essais en moins de dix minutes. Le premier suite à un dégagement bien suivi par LASSALLE, le second au relais de MOREAU lancé sur 30 mètres, le troisième après une échappée de BECHENNEC prolongée par HENRY.

Vinrent ensuite dix grosses minutes au cours desquelles les locaux furent sevrés de ballons. A la 25°, PERCHAUD relance son équipe en initiant un beau mouvement qu’il viendra conclure dans l’en-but, à un poste inhabituel. A la 30°, suite à une touche perdue par les visiteurs sur leurs 22 mètres, le ballon se balade de mains en mains jusqu’à ce que l’ailier-arrière-ouvreur FERNANDEZ ne plonge au pied du drapeau de touche.

La mi-temps sera atteinte sur un score de  36-0, après une nouvelle réalisation du centre BUTTERLIN. Quatre autres essais seront inscrits en seconde période, par DELBECQ, PEREZ de retour de blessure, GARBAY pour une première, et PALAU.

Reconnaissons aux visiteurs leur envie de ne pas fermer le jeu et de prendre des initiatives, malgré le score. Avant le match, quelqu’un a dit, aux abords des terrains : « touchons du bois pour qu’on puisse récupérer bientôt les points perdus ». En gamins bien éduqués, SUDRE et GARCIA se sont exécutés et ont touché les poteaux sur 3 transformations difficiles, totalement excentrées.

Espérons donc… En attendant, Messieurs les Cadets, profitez pleinement de vacances bien méritées, reposez les organismes après plusieurs semaines difficiles, et revenez-nous emplis d’envie, avec ce caractère que nul ne pourra vous ôter

Les réalisateurs                                                                                         

 10 essais de SUDRE (1°,4°,8°), PERCHAUD (25°), FERNANDEZ (30°), BUTTERLIN (35°), DELBECQ (39°), PEREZ (51°), GARBAY (60°) et PALAU (70°), 5 transformations de SUDRE (4°,8°,25°,70°) et GARCIA (60°)

L’équipe au coup d’envoi  

COUDERT – PALAU – HENRY

PERCHAUD - BECHENNEC

MOREAU - CLAUDIN – IRIART

SUDRE (cap) - GARCIA  

  LASSALLE – DELBECQ – BUTTERLIN - FERNANDEZ

FORT  

Les remplaçants   :   HONTARREDE - COURIOL – PEREZ - GARBAY – SOIRAT 

 Texte : Fabrice LAFOURCADE

 ECOLE DE RUGBY

 Entraînements