10/04/2014 - Christian Lanta: "On dépend seulement de nous"
Christian, quel a été votre discours durant cette semaine si importante pour l'avenir du club?
On peut faire tous les discours qu'on veut, on n'a plus le droit à l'erreur. Tout le club est mobilisé, au-delà de l'équipe. De notre côté on s'est très bien entraîné depuis dix jours, on a essayé de mettre tous les éléments pour gagner ce match. Réponse samedi.

Est-ce que jouer ce match déterminant à Anoeta modifie vos habitudes ?
Les garçons avaient envie d'y jouer, il faut respecter leur choix. Les joueurs connaissent ce stade, on y a joué deux fois la saison dernière dont un très bon match face à Toulon. La victoire se dessinera au-delà d'un lieu. 

"Les garçons avaient envie d'aller jouer ce match à Anoeta, il faut respecter leur choix"


En parallèle, le match est tout aussi déterminant pour le Stade Français s'il veut jouer les barrages…
Vu l'équipe qu'ils avaient aligné en Challenge Européen, le message était envoyé. Les Parisiens ont joué avec l'équipe 3, ils viennent ici pour récupérer des points. C'est le sport, c'est la compétition qui veut ça. Peu importe le contexte du Stade Français, ce qui est important c'est qu'on gagne ce match.

Quelles sont les recettes d'un coach quand l'équipe est en souffrance?
C'est vieux comme le monde : dans les moments de forte pression, il s'agit avant tout de rassembler les hommes. Les recettes sont toujours les mêmes, on a su s'isoler, que chacun y mette son énergie, son intelligence, sa motivation et sa détermination au service du collectif. Plus que jamais, il faut que chaque joueur se mette au service du collectif. Les joueurs en ont envie, ils travaillent très bien. Maintenant, les réponses à toutes les questions que tout le monde se pose, on les aura samedi soir.

"Les réponses à toutes les questions que tout le monde se pose, on les aura samedi"


A mesure que la fin de saison approche, cette bagarre pour le maintien est de plus en plus intense. Comment la vivez-vous ?
Il y a trois clubs au coude à coude, nous avons notre destin en mains. On ne dépend de personne, on dépend seulement de nous. A nous de gagner les matches, on verra bien ce que font les autres. Mais d'abord gagnons. Si on ne gagne pas le premier match, on deviendra dépendant des autres.