02/03/2014 - Jean-Jo Marmouyet: "Ce derby reste unique"
Jean-Jo, est-ce qu'à un moment vous avez pensé perdre ce derby ?
Comme depuis le début de la saison, nous n'arrivons pas à prendre les points et tuer le match. C'est un match qu'on doit gagner 100 fois et qu'on aurait pu perdre. Ce problème est récurrent, nous n'arrivons pas à le résoudre. Si nous étions parvenus à mettre le doigt sur ce qui ne va pas, le problème aurait été résolu depuis un bon bout de temps. Ce sont forcément des choix, un geste inapproprié, la faute de trop… Il y a une somme de petits détails dans ce jeu qui font que ça marche ou pas. Nous développons bien notre jeu jusqu'à parvenir dans les 22 mètres voire à 10 mètres de la ligne. Et là pourquoi ? Comment ? Un excès de précipitation qui fait qu'on n'arrive pas à marquer.

"C'est encore un match qu'on doit gagner 100 fois et qu'on aurait pu perdre"


Au-delà du symbole, que représente encore ce derby ?
Il n'a rien d'anecdotique. Qu'il s'agisse des joueurs locaux, des Français ou des étrangers, tout le monde réalise très vite que le derby est un match à part dans la saison. Il se passe tellement de choses, les gens entendent tellement parler de ce match… A nous aussi, les joueurs d'ici, de faire comprendre aux autres que ce match compte davantage qu'un autre match. Bien sûr, d'un point de vue comptable c'est un match à 4 points qui n'a, mathématiquement, pas davantage de valeur qu'un autre. Symboliquement, psychologiquement pour tout ce qu'il peut représenter, c'est tout sauf anecdotique. 

Même s'il s'agit du dernier derby dans l'élite du rugby ?
Je vais être honnête : on préférerait tous continuer à disputer des derbys voire en jouer un derby en demi-finale du Top 14, c'est évident. L'intensité du derby reste unique. Au niveau rugby on n'atteint jamais des sommets, encore que aujourd'hui il y a eu pas mal de jeu. Mais ce match, son contexte, son environnement restent d'une intensité particulière.