27/02/2014 - Christian Lanta: "Personne ne veut le perdre"
Christian, la défaite à domicile face à Toulon dimanche vous impose-t-elle de remporter le derby à Biarritz ?
On est loin d'être condamné mais c'est vrai, depuis dimanche, notre situation est délicate : elle passe par un sans-faute à domicile et au moins une victoire à l'extérieur. Plus tôt on la décroche, mieux c'est. Se déplacer à Biarritz dans le cadre d'un derby, c'est peut-être la victoire la plus difficile à obtenir de cette fin de saison. En parallèle, la proximité du derby peut nous permettre de nous remobiliser totalement. En terre basque ce derby est si particulier, personne ne veut le perdre. Pour des raisons différentes, les deux équipes veulent le gagner. Un challenge énorme s'offre à nous. Après une défaite à domicile, il peut y avoir un climat de doute qui s'installe dans le vestiaire : l'échéance du derby a eu pour effet que les entraînements étaient de qualité avec des joueurs concernés et mobilisés. Pour autant, ce n'est pas l'assurance de gagner un match mais ce sont les conditions nécessaires pour espérer être performants dans un tel match.

Dans votre rôle d'entraîneur, préparez-vous un derby comme un match à part ?
Techniquement et tactiquement on le prépare comme un autre match. Dans l'approche, il y a une telle pression autour de la rencontre, l'enjeu est tel, qu'il convient de bien canaliser notre préparation, ne pas tomber dans l'excès, maîtriser la pression ambiante. Aujourd'hui, la pression vient surtout du fait qu'on a besoin de points que du derby lui-même.

"Aujourd'hui, la pression vient surtout du fait qu'on a besoin de points que du derby lui-même"


Avec son dernier succès à Grenoble et un match très réussi à Toulon, Biarritz a sérieusement élevé son niveau de jeu. Partagez-vous ce point de vue ?
Totalement. Biarritz joue sans pression, les joueurs se lâchent totalement, à Grenoble c'est un excellent Biarritz qui joue et qui mérite de gagner ce match. Certains estiment que leur sort est définitivement scellé, partant de là ils ont la volonté de très bien finir la saison. Qu'est-ce qui fait bien jouer ou mal jouer une équipe ? La pression mal supportée. On s'attend à affronter un Biarritz décomplexé. Les conditions sont annoncées assez dantesques, les Biarrots sont largement habitués à jouer dans ces conditions, sur leur terrain. C'est un avantage tactique.

"On peut souhaiter que Biarritz soit un arbitre jusqu'au bout.
Et qu'ils se mettent dans l'optique de disputer six derbys sur les six derniers matches"


A titre personnel, comment vivez-vous cette situation ?
Pour un club, une descente c'est dramatique. Personnellement je ne l'ai jamais vécue. Et je peux vous assurer que se battre pour le maintien, c'est psychologiquement très dur. Rien ne peut compenser une descente. 

Sur cette fin de saison, en affrontant Bayonne, Oyonnax, Perpignan et Brive, Biarritz peut jouer le rôle de l'arbitre du maintien…
On peut souhaiter qu'ils soient un arbitre jusqu'au bout. Et qu'ils se mettent dans l'optique de disputer six derbys sur les six derniers matches.