10/01/2014 - Gabiriele Lovobalavu Bayonnais jusqu'en 2016 Le centre international Fidjien Gabiriele Lovobalavu (28 ans, 1,85m, 91 kg, 16 sélections) s'est engagé ce vendredi pour deux saisons supplémentaires avec l'Aviron Bayonnais. Approché par plusieurs clubs du Top 14, "Gabi" Lovobalavu, qui a disputé 23 matches depuis son arrivée au club en 2012 (14 la saison dernière, 9 cette saison, 4 essais) prolonge son aventure en Ciel et Blanc jusqu'en juin 2016. "Je suis content de rester à l'Aviron Bayonnais, nous sommes bien installés ici avec ma petite famille. Maintenant je me suis aussi fixé un objectif personnel: en finir avec les blessures, apporter beaucoup plus à l'équipe. Les périodes de blessure sont difficiles à vivre, le club me fait confiance, je dois revenir encore plus fort".

Anthony Etrillard et Charles Ollivon emboîtent le pas

Deux autres prolongations ont ponctué cette fin de semaine. Deux joueurs issus du centre de formation, le troisième ligne centre Charles Ollivon (20 ans, 1,99m, 110 kg) et le talonneur Anthony Etrillard (20 ans, 1,80m, 110 kg) sont désormais liés avec l'Aviron Bayonnais pour les deux prochaines saisons. "Si le club me fait confiance, c'est que les entraîneurs doivent être satisfaits de mes performances" se réjouit Charles Ollivon, actuellement blessé à l'épaule et absent des terrains pour les quatre prochaines semaines. "Très honnêtement, je ne pensais pas autant jouer cette saison (5 matches de Top 14 avant de se blesser), cette signature c'est super positif. Une fois que tu as goûté au plus haut-niveau, tu as envie d'y rester très longtemps. Je repense encore au match de Toulouse, c'était un instant magique. Il n'y a pas un autre stade en France où on peut vivre de pareilles émotions".

Le talonneur Anthony Etrillard (9 matches disputés cette saison) partage les mêmes sentiments: "Je suis d'ici, je n'ai connu que ce club, la marque de confiance du club est d'autant plus importante. Les malheurs des uns fait le bonheur des autres, j'ai profité de la blessure de Grégory (Arganèse) pour saisir ma chance. Ma marge de progression reste conséquente, je dois encore travailler le lancer, la musculation, la course, il faut toujours travailler pour être toujours plus performant".