29/11/2013 - Santiago Fernandez: "Je n'avais fait que passer"
Santiago Fernandez, arrivé comme joker médical à l'Aviron Bayonnais fin octobre, entamera la rencontre de samedi à Castres au poste d'ouvreur.
Alors qu'il aurait du évoluer au Castres Olympique cette saison. Drôle d'histoire...

Le rugby professionnel se nourrit désormais de cocasses anecdotes: Santiago Fernandez (1,82m; 84 kg), 28 ans depuis ce jeudi, 31 sélections avec l'équipe d'Argentine, aurait du porter cette saison les couleurs du Castres Olympique. En fin de contrat à Montpellier, il s'engage au CO au printemps dernier... avant que les dirigeants tarnais ne reviennent sur leur décision quelques jours après le titre de champion de France. Sans club, c'est à Bayonne qu'il rebondit il y a tout juste un mois, à l'issue du Four Nations disputé avec la sélection argentine. Aussitôt arrivé, aussitôt aligné en Amlin Challenge Cup à Londres puis en Top 14 face à Montpellier. S'ensuivent ensuite deux semaines d'absence et les tests d'automne avec les Pumas (en Angleterre puis au Pays de Galles). "C'est vrai que j'ai beaucoup bougé en très peu de temps, il y a seulement une semaine que j'ai réellement la sensation d'avoir posé mes valises ici à Bayonne. Jusqu'à présent, je n'avais fait que passer. Heureusement, l'intégration a été immédiate. La présence de Martin (Bustos-Moyano) y est pour beaucoup. Comme les qualités humaines de l'ensemble du vestiaire".

"Comme à Paris, physiquement et mentalement, il ne faudra rien lâcher"


A Pierre-Antoine samedi soir, c'est avec le numéro 10 dans le dos que Santi Fernandez pénétrera sur la pelouse. "Ces dernières saisons, je suis plutôt habitué à jouer au centre. A Montpellier, c'est seulement quand François (Trinh-Duc) était indisponible que je le remplaçais. J'ai surtout joué ouvreur en Argentine, notamment en sélections moins de 19 et moins de 20. C'est un poste qui nécessite d'autres repères et une réelle vision du jeu. Que je joue au centre ou à l'ouverture, je prends du plaisir à jouer, c'est l'essentiel ". Dans un Top 14 où s'imposer à l'extérieur relève de l'exploit, Santi Fernandez aborde la rencontre de samedi soir avec une grosse détermination: "à l'extérieur, la conquête comme la défense sont des données capitales. Sans elles, tu ne peux espérer réaliser un résultat. Ensuite vient le jeu au pied d'occupation et la dimension stratégique. Nos qualités, tout le monde les connaît. Comme à Paris, physiquement et mentalement, il ne faudra rien lâcher."