Billetterie AB/BRIVE
 02/10/2013 - Christophe Deylaud: "Se remettre à jour"
Christophe Deylaud, l'entraîneur des trois-quarts de l'Aviron Bayonnais, espère voir ses joueurs s'appuyer sur le jeu
pour réaliser une prestation référence à l'extérieur 

Christophe, comment abordez-vous ce déplacement à Bordeaux samedi ?
Bordeaux, c'est solide : depuis quelques années maintenant, c'est une équipe qui développe un jeu attrayant et efficace. Par leur jeu, ils se sont sortis d'une situation compliquée la saison dernière. Ils ont attaqué le championnat un peu mieux et évoluent désormais en pleine confiance. Comme nous on est un peu dans le doute, on va essayer de se mettre au niveau des Bordelais.

Le jeu, on le sait, est votre credo. Après des premières rencontres abouties, on sent les joueurs sur la retenue…
Cette saison, il faut s'appuyer sur le jeu pour progresser au classement. Et sur ce point, il est clair qu'on doit avoir davantage de maîtrise dans nos entreprises. On va en effet essayer de reprendre le jeu qu'on avait en début de saison, se remettre à jour. Je me répète mais on est un peu dans le doute. Qui plus est à l'extérieur.

"Au bout de 8 journées, il aurait été préférable d'avoir réalisé un match plein à l'extérieur"

Où situez-vous le coup d'arrêt ?
La déception, c'est le match à Toulouse qu'on lâche complètement en deuxième mi-temps (3-40). A Brive (10-17), c'est un non-match complet, il nous a pété dans les doigts. Nous en sommes, nous les entraîneurs, un peu responsables, on avait une stratégie les joueurs s'y sont perdus. Le Racing (16-19), il faut ouvrir les yeux : sans faire les pleureuses, quand dans les 20 dernières minutes on n'a plus une pénalité et qu'on en prend 7 dans la tronche (sic), le match bascule de l'autre côté. Sur le banc de touche, l'entraîneur sent très bien le scénario qui se dessine sans pouvoir le maîtriser.

Le dernier déplacement à Toulon vous rassure-t-il ?
Soyons clair : même si on peut s'en servir de référence, on rentre sur le terrain avec le trouillomètre à zéro, tout le monde a peur d'en prendre 50 et donc on s'accroche. Au bout de 8 journées, il aurait été préférable d'avoir réalisé un match plein à l'extérieur. A l'extérieur, il nous faut montrer un autre visage, retrouver une sérénité, le jeu aéré qu'on a eu lors des matches amicaux. Il est clair que sur ce premier tiers du championnat, nous ne sommes pas dans les objectifs au niveau du jeu.