20/08/2013 - Portrait: Martin Bustos-Moyano, la foi du canonnier

Avec plus de 86% de réussite dans ses tirs aux buts la saison dernière avec Montpellier, Martin Bustos-Moyano (28 ans, 1,85m, 82 kg, 3 sélections avec les Pumas) est l'un des buteurs les plus précis du Top 14. Rencontre

 

  • Martin, le buteur de Cordoba

Je viens de Cordoba, une grande ville de plus d'un million d'habitants située au centre de l'Argentine. J'y suis resté jusqu'à fêter mes 24 ans, ensuite j'ai pris la direction de la France et de Montpellier, j'y ai joué trois saisons jusqu'à venir ici à Bayonne cet été. En Argentine, le sport le plus populaire reste de très loin le football. Les Argentins ont découvert le rugby en 1999, quand les Pumas sont pour la première fois parvenus à se qualifier pour les phases finales de la Coupe du Monde. Encore aujourd'hui, en Argentine, le rugby reste un sport sélectif : seules les classes les plus aisées y ont accès. Pendant très longtemps on se transmettait la passion de père en fils tel un héritage sans vouloir populariser cette pratique. Le milieu était fermé. Heureusement, c'est en train de changer.

Agustin Pichot et toute sa génération (Mario Ledesma, Rodrigo Roncero, Juan Martin Hernandez, etc…) ont énormément œuvré pour développer l'image du rugby en Argentine. C'est un travail de longue haleine, ils en sont conscients, ce travail commence à porter ses fruits. Ils défendent le rugby : le football reste le sport le plus populaire mais petit à petit le rugby rattrape son immense retard. En France, un jeune qui a des qualités rugbystiques a la double chance de pouvoir vivre de son sport et de vivre dans son pays. En Argentine, tu as beau aimer le rugby, tu es tenu de travailler ou de poursuivre des études à côté. Le rugby ne te permet pas de vivre. Les joueurs qui, comme moi, viennent jouer en Europe restent des privilégiés. 

  • Martin, ballon au pied

Pour être honnête, j'ai toujours préféré le football au rugby. Un jeune argentin né avec un ballon de football dans ses bras. Le foot est une religion dans ce pays, on y joue tout le temps : à l'école, dans la rue, en clubs le week-end. Jusqu'à 14 ans, j'ai d'ailleurs joué dans l'un des plus grands clubs de Cordoba, le Club Atlético Belgrano. Passer du football au rugby a été compliqué, ce sont des sports tellement différents. Je continue à suivre le championnat argentin et plus particulièrement le parcours de Belgrano, je regarde tous les matches sur internet, le maillot de l'équipe est en bonne place à la maison. Sans réfléchir, je dirai qu'aujourd'hui mon joueur préféré est Léo Messi. C'est le meilleur footballeur du monde. Et en plus il est Argentin. Difficile de faire mieux ! Mais la référence reste et restera toujours Maradona, je ne sais pas si un jour on pourra trouver pareille icône.

  • Martin le buteur

Je travaille beaucoup le tir aux buts. A la fin de chaque entraînement, je prends le sac et je vais taper. En moyenne cela dure entre 30 et 45 minutes. Il n'y a pas que la précision, j'essaye aussi de travailler sur la partie mentale. Le buteur, dans une équipe, est un pion essentiel. Ce travail supplémentaire que j'accomplis, je veux le mettre au profit de mes partenaires. J'ai la chance de pouvoir jouer sur les deux postes d'arrières et d'ailier. Avant d'arriver en France, j'étais arrière de métier. C'est à Montpellier que l'on m'a placé à l'aile. La phrase est bateau mais je joue là où les entraîneurs souhaitent me faire jouer. Même s'il manque un pilier, je suis prêt à le remplacer !

  • Martin au Pays Basque

Je joue beaucoup golf, ici je suis gâté. Toute ma famille joue au golf, j'aime passer du temps avec ma famille, mes amis. L'avantage d'avoir l'Espagne à proximité c'est pouvoir s'y approvisionner en viande : comme en Argentine les Espagnols ont cette faculté de laisser la viande se faire avant de la présenter à l'étal. Ça lui donne un gout bien meilleur. Rien ne remplace la viande argentine pour un bon asado, avec le football la viande est notre deuxième religion !

Argentinarrak oinetan futbol baloi batekin sortzen dira. Errugbia aberatsen kirola bezala kontsideratua da, bakarrik goi mailako klaseak praktikatzen dutena. Eskolan, kalean, kirol zelaietan, nehor ez da errugbian ari. Bainan, 2007tik landa - eta Argentinar selekzioaren ibilbidea mundialean – argentinarrak gero eta gehiago errugbiari interesatu dira. Hala ere pentsatzen dut oraindik luzaz aberatsen kirola bezala haztatua izanen dela.