27/06/2013 - Ch.Deylaud: "Les poteaux ne bougeront jamais"

 Volontairement taiseux et secret, Christophe Deylaud, le co-entraîneur de l'Aviron Bayonnais, accepte de se livrer cette semaine sur Abrugby.fr. Après sa vie d'homme mercredi, découvrons son passé de rugbyman

Je joue à Portet sur Garonne jusqu'à 20 ans. On était en Honneur, on est même monté en troisième division. Notre génération était prodigieuse, à plusieurs reprises nous avions remporté le championnat de Midi-Pyrénées chez les juniors. Blagnac m'a détecté, la porte du Groupe B s'est ouverte, j'y ai joué 4 ans. Je pars ensuite un an à Toulon, puis je joue 8 saisons à Toulouse et enfin je termine à Agen. Jusqu'à arriver au Stade Toulousain j'ai alterné entre le poste d'ouvreur et celui de centre. Quand j'arrive au Stade je commence ouvreur mais rapidement je glisse au centre. Et d'ailleurs mes premières sélections en équipe de France, elles sont au centre.

On me colle l'étiquette d'atypique mais pourquoi on ne pourrait pas être pieds nus sur un terrain? Certains entraîneurs sont en costards ? Gosse, je m'amusais pieds nus sur le sable, dans la rue. Pourtant mon père n'est pas black pas plus que ma mère n'est brésilienne... J'ai toujours aimé avoir la sensation du pied qui colle au ballon, d'ailleurs à chaque début de saison, quand je partais butter, je tapais pieds nus, face aux poteaux. Les chaussettes en bas ? Il n'y avait rien de particulier là-dedans, je ne voulais pas me faire remarquer. Comme je voyais toujours les joueurs se remonter les chaussettes, je préférais les laisser en bas, ça m'évitait de devoir les relever toutes les deux minutes. Mais en équipe de France je les avais en haut, je me disais « tu joues en équipe de France il faut avoir les chaussettes en haut ». Les tirs aux buts ? Au lieu de regarder les poteaux je me suis concentré ailleurs. Puis il y avait ce demi-tour fouetté. A Blagnac, Jean-Marie Barsalou, mon entraîneur m'a dit un jour : « de toutes façons, les poteaux ne bougeront jamais, tu n'as pas besoin de les regarder ». Just Fontaine avait rajouté: « ce que ne comprennent pas les gens c'est que tu ferais 3 tours sur toi-même, tu es tellement bien équilibré que tu mettrais toujours tes ballons au fond ».