24/05/2013 - Portrait: Bastien Fuster, the Voice!

A 21 ans, Bastien Fuster (1,85m; 90 kg), l'ailier de l'Aviron Bayonnais, international des moins de 20 ans, poursuit son évolution avec
9 matches de Top 14 disputés cette saison. Formé à Niort, passé par le Stade Rochelais, il vient de signer à Bayonne son premier contrat professionnel

  • L'homme : Bastien, le Niortais

"Je suis originaire de Niort dans les Deux-Sèvres (79). J'y ai grandi jusqu'à entrer au lycée, j'ai alors pris la direction de Bordeaux et du Pôle Espoirs de Talence. Mon père était dans le foot, mon frère aîné aussi. J'ai au départ à mon tour essayé le foot mais on m'a rapidement orienté vers le rugby. Manque de technique ou excès d'agressivité je ne sais pas... De fil en aiguille, papa est devenu coach de l'école de rugby, maman s'occupe des papiers, mon frère joue toujours. désormais tout le monde est au rugby. Quand je retourne à Niort pour entraîner les petits, je sens qu'on me suit, ça fait chaud au cour. Je suis encore très loin de notre référence à tous là-bas, Denis Avril : dans le club-house le moindre article qui lui est consacré y est encadré. C'était la référence, tout le monde le connaît. Du coup, au début je supportais davantage Biarritz que Bayonne."

  • Le joueur : du 13 au 14

"Je suis arrivé à Bayonne en 2009, en juniors Crabos première année. A la base je suis centre, petit à petit j'ai glissé et dépanné à l'aile. Maintenant je suis ailier et je dépanne au centre de temps en temps. Même si sur le terrain les postes sont voisins, ils n'ont absolument rien à voir. Si je devais retenir le nom d'un seul entraîneur, ce serait celui de Vincent Manta, l'entraîneur du pôle à Talence qui m'a fait découvrir le vrai rugby. Jusque là, cela se résumait à prendre le ballon et courir marquer. C'est lui qui m'a mis le pied à l'étrier. Depuis l'école de rugby je voulais intégrer le Pôle Espoirs à Talence, ensuite je rêvais de devenir professionnel, maintenant je vais essayer de jouer le plus souvent possible."

  • Sa passion : Bastien le mélomane

"J'aime beaucoup la musique, au collège je jouais même dans un groupe avec mes copains. J'avais 14-15 ans, mon instrument c'était les cordes vocales, je chantais, on était plutôt rock, les Red Hot, etc. Pour la fête de la musique on a fait 3-4 concerts, parfois même dans des maisons de retraite : on se marrait bien, on passait de supers après-midi dans le grenier de mon pote, ça suffisait à notre bonheur. J'ai encore des restes, je chante encore sous la douche, dans le vestiaire, en cours. Je suis ouvert à tout, je peux tomber sur n'importe quelle chanson, je suis vite séduit : en ce moment c'est Alain Souchon et la balade de Jimmy. On est bien loin des Red Hot. Chez moi, il y a tout le temps de la musique. Je marche au coup de cour."

Niort-erat itzultzen naizelarik ttipien trebatzeko sustengatzen nautela sentitzen dut, horrek zinez plazer egiten dit. Bainan gure erreferentziatik oraindik biziki urrun naiz : han denak ezagutzen dute Denis Avril. Klubaren ostatuan, prentsan izan diren artikulu guziak laukiztatuak dira. Horregaitik hastapenean Miarritze  nahiago nuen Baiona baino.