24/01/2013 - L'Aviron s'offre un bon bol d'air

L'Aviron est venu à bout du Castres Olympique (22-12) au terme d'une rencontre très bien maîtrisée. Avant les vacances, les Ciel et Blanc se donnent un bon bol d'air par rapport à la zone rouge

L'Aviron Bayonnais peut être soulagé. Après deux défaites consécutives en déplacement en Top 14, les joueurs bayonnais ont renoué avec la victoire devant leur formidable public. Mieux organisés et plus disciplinés, ils ont dominé le Castres Olympiques dans la plupart des compartiments du jeu (22-12). Ce précieux succès permet à toute l'équipe de retrouver le sourire et de creuser l'écart avec la zone dangereuse. Bordeaux-Bègles, premier relégable, pointe à 12 longueurs avant la suite de la 16e journée du Top 14 prévue ce vendredi.

L'inspiration de Spedding

Pour faire face à la pelouse grasse du stade Jean-Dauger, les deux formations adoptaient la même tactique en début de match. Beaucoup de jeu au pied pour occuper le terrain et mettre la pression sur l'adversaire. Et s'appuyer sur les avants pour mettre de l'intensité et provoquer la faute de l'adversaire. Sans surprise, les premiers points étaient marqués (6-6) suite à des coups de pied de Potgieter pour Bayonne (4e et 10e) et de Kockott pour Castres (17e et 24e). Suite à une pénalité à dix mètres rapidement jouée par Spedding, les Basques parvenaient à inscrire le premier essai du match. Lovobalavu aplatissait en coin (13-6, 35e). Son premier en Top 14 sous le maillot bayonnais. Potgieter (40e) puis Kockott (40e+1) trouvaient le temps de passer une pénalité supplémentaire chacun avant de rentrer aux vestiaires (16-9).

Une histoire de coups de pied

Malgré le carton jaune reçu par Samson (38e) juste avant la pause, Castres se mettait en évidence dès le début de la deuxième période. Kockott profitait d'une nouvelle faute bayonnaise pour passer un nouveau coup de pied (16-12, 43e). Dès lors, le combat devenait plus âpre, les contacts plus intenses. Aucune des deux formations ne voulaient lâcher le moindre centimètre de terrain. Difficile dans ces conditions de prendre le meilleur sur son adversaire. Les occasions d'essai se faisaient quasi inexistantes. Les buteurs devaient alors prendre leurs responsabilités. Potgieter connaissait moins de déchets que son adversaire. Il offrait deux nouvelles pénalités avant de sortir (22-12, 57e et 71e). Fort de ces 10 points d'avance, l'Aviron faisait le forcing pour tenter d'enfoncer les Castrais. En vain, malgré de beaux efforts.