Billetterie AB/BRIVE
 04/01/2013 - François Carrillo: "Un grand merci à tous"

Remis de son malaise lors de l'échauffement de la rencontre Bayonne-Mont de Marsan le 22 décembre dernier, François Carrillo est sorti du Centre Hospitalier de la Côte Basque en début de semaine pour rejoindre son domicile. "Je vais bien, je vais beaucoup mieux" explique-t-il en préambule. Heureux de retrouver le stade Jean-Dauger comme ses partenaires lors d'une visite amicale jeudi matin, ce Bayonnais pur souche, formé au club depuis l'école de rugby, savoure chaque instant de manière particulière: "je prends beaucoup de plaisir à revenir à Jean-Dauger: depuis l'âge de 9 ans je foule ces terrains, je me change dans ces vestiaires. Ce stade, c'est une grande partie de ma vie, c'est peut-être un peu symbolique que cela (son malaise) se soit passé ici aussi".

Affecté par les milliers de messages de soutiens adressés de toute la France et bien au-delà après son accident, François Carrillo profite de l'occasion pour "adresser un grand merci à toutes les personnes qui m'ont soutenu et reconforté ma famille pendant cette période. Je ne pourrai malheureusement pas vous répondre à tous de manière individuelle aussi je profite de cet espace pour le faire. Une telle ferveur est impressionnante, je suis marqué et touché par le côté humain des gens qui peuvent se mobiliser dans des cas comme celui-là. C'est ce qui fait aussi le charme de Bayonne, la ferveur engendrée par ce club qui est unique en France: l'Aviron est une grande famille, un grand club".

"J'aurai préféré briller et faire parler de moi autrement"

Si son hospitalisation ne lui a pas fait perdre son sens de la répartie et sa finesse d'appréciation ("J'aurai préféré briller et faire parler de moi autrement"), depuis lundi François, qui s'est pris de passion pour la lecture, est heureux de "retrouver les amis, la famille, ma copine qui a été très solide et très présente et qui avait 'les boules' de reprendre le boulot hier. Je veux enfin adresser un grand merci aux professionnels qui m'ont pris en main très vite et très bien : les trois urgentistes, les gens du SAMU, le service réanimation de l'hôpital. Si l'issue est aussi heureuse, c'est grâce à eux".

A compter de mardi matin, et à raison d'une séance par jour, il entame un processus de rééducation cardiologique à la clinique Paulmy de Bayonne. "Une reprise d'activité entourée de spécialistes. Pour la première fois de ma vie je me retrouve à tourner en rond, sans rien faire à la maison. J'ai besoin d'un effort physique, sentir mon corps". A l'issue des derniers examens pratiqués aussi bien à l'Hôpital que lors de sa rééduction, un avis définitif sera rendu quant à sa reprise de la pratique sportive. "Il y a un plan A, avec un retour sur le terrain, au contact de mes partenaires, un ballon dans les mains. Et un plan B. J'ai 25 ans, un capital santé, c'est le principal. Il y a tellement de belles choses à vivre"