Billetterie AB/BRIVE
 01/11/2012 - Un ouf de soulagement pour l'Aviron

Que cette victoire fait du bien du côté de Bayonne. Dans un match de la peur entre deux concurrents directs au maintien, l'Aviron Bayonnais a en effet réussi à relever la tête en dominant l'Union Bordeaux-Bègles

Dans un stade Jean-Dauger humide, le spectacle n'allait clairement pas être au rendez-vous. L'UBB montrait rapidement de véritables vélléités offensives tandis que Bayonne manquait cruellement d'efficacité malgré une domination de ses avants. Pas franchement aidées par le temps automnale, les deux formations jouaient à celle qui faisait le plus de fautes. A ce jeu là, Boyet donnait rapidement l'avantage à son équipe (26e, 6-3). Pourtant, loin de se laisser abattre et alors qu'ils se trouvaient en infériorité numérique, les Bordelo-Bèglais réussissaient à faire la différence grâce à un essai de Talebula (28e, 6-8). Sanchez ne transformait pas, ne réussissant pas à taper son coup de pied au bout de la minute trente impartie. Deux points supplémentaires qui comptait à la pause alors que Boyet passait une nouvelle pénalité (33e, 9-8).

Une seconde période décisive pour l'Aviron

 Au retour des vestiaires, alors que le score était loin d'être fait, l'UBB revenait avec les meilleures intentions présageant une seconde période plus débridée. Les Girondins se montraient alors réalistes et reprenaient la tête au score par le biais d'un drop de Sanchez (42e, 9-11). Cela ne suffisait pourtant pas pour les hommes de Vincent Etcheo qui manquaient cruellement de discipline, écopant même d'un second carton jaune. En supériorité numérique, Bayonne n'en demandait pas tant. Jusque là en manque d'ambition, les Bayonnais réussissaient en faire la différence en toute fin de partie par le pied de Boyet (54e, 60e) et un essai de Spedding (66e). Sous pression, les Basques pouvaient alors pousser un gros ouf de soulagement au coup de sifflet final.

Cédric Garcia (demi-de-mêlée de l'Aviron Bayonnais): "C'était un match primordial, il a été difficile à préparer en seulement quatre jours. Il y avait beaucoup d'enjeu, beaucoup de pression. Chaque victoire est bonne à prendre, on va pouvoir travailler sereinement cette semaine, on poursuit notre petit bonhomme de chemin, on se construit petit à petit, on se retrouve aussi. C'est très bien que Bordeaux ne prenne pas de points, les cinq dernières minutes ont été difficiles, c'est notre état d'esprit qui nous permet de nous dégager et de ne pas leur laisser le point de bonus défensif. Ça prouve que l'état d'esprut de ce groupe est en train de nâitre, c'est bien."